Marathon de New York : du rêve à la réalité, Jessica raconte sa course !

Participer au Marathon de New York, ça représentait quoi pour toi ?

Participer au Marathon de New York City, ça représentait une chance incroyable, un privilège, un rêve qui me paraissait inaccessible !
Inscription au Marathon de NYC

Les inscriptions au Marathon de NYC sont particulières (tirage au sort ou inscriptions via des agences de voyages) : comment ça s’est passé pour toi ?

J’ai eu la change d’être tirée au sort !
Je me suis inscrite sans y croire, avec le temps j’avais même un peu oublié… jusqu’à ce mail de folie qui te dit : “Congratulations, you’re in !
Congratulation Marathon de New York

Comment tu as vécu la course ? Est-ce qu’il y a des difficultés particulières sur ce marathon ?

Ce Marathon de New York, ça a été 4h30 de fiesta.

Déjà, nous avons loupé le départ avec mon amie, trop occupées à faire des photos et à s’amuser.

Puis on traversé le pont, CE pont, beau, long, mythique, le pont Verrazano-Narrows qui relie Staten Island à Brooklyn… Et là on réalise ce qui nous arrive, c’est réel ! Je fais partie de ces coureurs chanceux qui vivent ce moment.

Ce parcours est long, avec plein de côtes qui piquent les jambes, un pont très long. Tous les coureurs s’arrêtent, se massent, craquent, mais tout le monde est là pour les soutenir.

Ensuite lignes droites, foule en délire, la magie nous emporte !

On arrive à Central Park : une étape à la fois belle et dure, mais superbe, tout en côte douce mais tellement looooooongue. Il y a une telle euphorie, une telle foule que tu ne t’en rends pas compte, trop surexcité.

Les moments forts que tu as vécu sur le Marathon de NYC, ses particularités… ?

TOUT : je n’ai jamais autant mangé par exemple !

Partout les spectateurs donnent de la bière, des donuts, de l’eau, bananes, bonbons, pansements, sel, pretzels, pommes, partout partout on te soutient, on t’encourage. Même les chiens sont au taquet.

Brooklyn, cette ville est superbe et quelle foule de folie !

KM35 du marathon de new york   Coureurs du Marathon de NYC

Je retiendrai aussi l’arrivée sur la First Avenue, avec cette foule qui te fait pousser des ailes et donne un coup de fouet, de bonheur.

Mais aussi les messes Gospel qui chantent et dansent dans la rue pour nous, les enfants qui veulent des high five, l’entraide entre coureurs, la bienveillance les uns envers les autres. Le bonheur ! Le public qui te dit : t’es trop belle, t’as l’air trop heureuse, vas-y !

Supporters sur le Marathon de New York City

A l’arrivée, j’ai fait demi tour, je ne voulais pas que ça s’arrête. A partir du mile 20, je pleurais en me disant non non ça ne peut pas déjà finir…

Une prépa particulière pour ce big event ? Est-ce que tu as changé ta routine d’entraînement ?

En fait oui et non, je cours tout le temps déjà ! Mais là j’étais bien plus sérieuse niveau récupération.

J’ai fait attention à bien dormir, à me ménager un peu en dehors du boulot et des runs et à ne manquer de rien.

J’avais encore une blessure (TFL) donc le principal était de savoir courir avec, et le jour J : je n’ai rien senti.

Mais cette prépa, ces runs, sorties longues de 30 k les dimanches, et surtout le fait d’être rassurée et d’avoir confiance en moi, c’est à mon ami Thierry Donaldson que je le dois : il m’a donné les meilleurs conseils et motivations, sans lui rien n’était possible.

Préparation au Marathon de new york

Tes prochaines courses ?

Surement le Turtle PIzza Run hahaha, j’ai faim !

Et semi de Boulogne, Corrida d’Issy, Urgent run… Plein de courses de prévues 😉

Médaille du Marathon de New York, à l'arrivée

MERCI Jessica d’avoir partagé avec nous cette magnifique expérience !

Commentaires

  1. Remi
    Remi

    Très beau récit un moment superbe magnifique que tu a partagé avec nous ! Et quand bien même on était pas là bas mais en duplex live on était de tout cœur avec toi même a 8000 et comme tu le dit un coach et pleins de bon conseil et punchy de notre ami Thierry tu ne peux quand sortir avec du positif la preuve tu voulais en faire 10 et voir 20 de mieux en tout cas j’ai une chose a dire reste comme tu ai ne change rien et tu peux vraiment être fière de toi ! New-York New-York 🎵🎵 bis Rémi

    10 novembre 2018 at 16 h 21 min

Publier un commentaire